La toute dernière pose… ou en route vers Bagdad ?

Erbil, Irak, 6 novembre 2010

Je termine mon film 120 avec cette photo. Au moment où je cherchais mon cadre et ai appuyé sur le déclencheur, un policier et quelques militaires m’ont interpelé à grands cris. Quelques secondes de stress se transforment en quelques minutes… Voyant que je ne comprends pas l’arabe, ni le kurde, on me parle en onomatopée, en fessant « Boum ! Boummm ! » avec la voix et les bras, tout en désignant mon appareil.

Le plus âgé des soldats me pointe du doigt : « Turk ?!? Turk ?!? » «  No ! no ! Canada ! » mon passeport à la main.

Ils devaient me demander ce que je photographiais, j’ai fait un geste en direction de l’intersection. Ils voulaient voir la photo, mais ont rapidement remarqué que mon appareil n’avait pas d’écran. Ils l’ont regardé dans tous les sens. J’espérais qu’ils ne l’ouvrent pas. Mon passeport étranger m’a certainement aidé. Heureusement. Je suis reparti quelques minutes après.

J’ai rangé mon appareil dans mon sac, auprès des autres films que je comptais bien utiliser. Je suis allé m’acheter une bière, suis retourné à l’hôtel et quelques deux ou trois heures plus tard, je commençais mon long retour vers la maison.

C’était donc la fin de mon – premier ? – voyage en Irak.

*

D’ailleurs, quand reviendrai-je dans ce pays ? Quand retrouverai-je ces jeunes avec lesquels j’ai passé la semaine ? Et où ? Est-il réaliste de croire ou d’espérer qu’au cours des prochains mois ou années, la situation à Bagdad permettra que nous poursuivions le travail entamé lors de ce premier séjour ?

Nous sera-t-il possible de nous revoir dans la capital et de travailler ensemble sur une production, dans le cadre d’une formation, mais aussi et surtout d’une réalisation d’équipe?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *