À propos

A propos de son auteur

Depuis les années 1990, Dominic Morissette parcourt la planète et en a ramené plusieurs documentaires photographiques et vidéographiques qui nourrissent son regard d’ethnologue.

Au début de l’année 2011, il signe la réalisation et la direction photo du documentaire de Réal Barnabé, Pourquoi pas Haïti. Ce film de 52 min retrace le parcours de plus de cinquante années de deux journalistes de Radio-Canada sur cette île des Caraïbes.

En 2010, il terminait une expérience de webdocumentaire avec l’Office national du film du Canada – ONF : PIB : l’indice humain de la crise économique canadienne, une année et demie à documenter son impact sur des gens autour de nous.

De 2003 à 2008, il partage son temps entre Montréal et l’étranger. De l’Afghanistan, il signera en 2007 un documentaire d’auteur Chroniques afghanes qui rend compte d’une certaine effervescence. Il enchaînera avec une coréalisation pour le compte de Radio-Canada et CBC : une émission spéciale intitulée L’Afghanistan : entre l’espoir et la peur. Ce documentaire télé fait un bilan des années d’après-taliban.

En 2003, Les derniers chasseurs du petit havre, coréalisé avec Catherine Pappas, est en nomination pour le prix Jutra du meilleur documentaire.

 

En plus de la réalisation, il partage son temps entre la direction photo et la photographie. À titre d’exemple, il a collaboré comme directeur photo pour les films Sous la cagoule : un voyage au bout de la torture de Patricio Henriquez (Afghanistan, Liban, Guatemala, Canada) et Le magicien de Kaboul de Philippe Baylaucq (Kaboul).

 

En parallèle à ce travail comme documentariste, Dominic Morissette passe beaucoup de temps à faire de la formation en vidéo légère en Afghanistan (2003 à 2005), au Yémen (2005) et récemment en Irak (Chronique d’Erbil, Irak – 2010), de même qu’au Pakistan, à documenter l’impact social des enjeux environnementaux avec son documentaire photo Voyage dans le delta de l’Indus.

 

Aujourd’hui, Dominic poursuit son engagement documentaire et anime de façon sporadique son Carnet de notes, un blogue personnel qui allie commentaires, photographies et réalisation.

 

À propos de ce blogue

Entre le carnet de notes interactif et le portfolio, ce blogue présentera, à un rythme régulier mais non contraignant, des photographies et des textes qui composent mon travail documentaire (projets achevés et en cours), mais aussi mes réflexions sur le processus de création documentaire et sur l’engagement et les défis du documentariste. Je souhaite que cet espace sur le Web devienne éventuellement un lieu d’échange et d’essai, ouvert à tous, pour permettre d’enrichir la réflexion sur le documentaire et nourrir ma propre démarche.

Je tiens à remercier une grande amie, Patricia Bergeron, pour m’avoir initié au Web 2.0, à sa philosophie et son potentiel.

Au plaisir de vous lire.

3 thoughts on “À propos

  1. Bonjour Dominic,
    Je viens de découvrir ton blogue. Je ne l’ai pas encore beaucoup exploré, mais ce que j’en ai vu me plait beaucoup. Tes photos sont vraiment magnifiques.
    À+
    Lynn

  2. Bonjour,

    Je viens de voir votre documentaire « l’Afghanistan entre la peur et l’espoir » deuxième partie et je souhaiterais savoir si vous aviez gardé des contacts avec les personnes rencontrées, notamment les journalistes Sarah Chaze et Iacoub Ibrahimi, et si oui, savez-vous ce qu’ils sont devenus. Je me pose la même question au sujet des étudiants que vous avez interviewés.

    En vous remerciant pour la qualité de cet excellent documentaire qui invite à découvrir l’ensemble de votre travail et de votre démarche.

    Au plaisir de vous lire,

    Nina Siget

  3. Bonjour Madame Siget,
    C’est avec plaisir que je lis vos commentaires et découvre votre intérêt pour mon travail ainsi que pour l’Afghanistan que je porte toujours dans mon cœur.

    Malheureusement, je n’ai plus de nouvelle de Yakoub Ibrahim et de son frère incarcéré pour des propos blasphématoires qu’on lui attribut. Yacoub, un journaliste prometteur de l’IWPR (Institute of War and Peace Reporting), était menacé de toute part parce que ses écrits sur le net dérangeaient certaines personnes, voire même certains politiciens du Nord du pays, une région que d’ailleurs l’Occident voulait croire en paix. Aux dernières nouvelles, il vivait dans une semi-clandestinité à Kaboul où ailleurs, et essayait de faire des pressions pour que son frère soit libéré.

    Je ne sais plus si Sarah Chayes vit encore à Kandahar. À l’époque, elle y passait la plupart de son temps. Compte tenu de l’évolution sur le terrain, je doute qu’elle puisse toujours y habiter. Son livre « Punishment of Vertue : Inside Afghanistan after the Taliban » publié en 2006 demeure, selon moi, une excellente source d’information pour tenter de comprendre la culture de cette région du Sud du pays.

    Pour ce qui est des étudiants de la fin du documentaire, l’un d’eux est le dernier fils d’un bon ami à moi. Il m’a fait rencontrer ses collègues de l’Université nationale. Mais où sont-ils aujourd’hui ? Malheureusement, je ne sais pas. A-t-il réussir à rejoindre son frère aîné qui a vit au Canada depuis maintenant quelques années ? Lui et ses amis, sont-ils retournés à Peshawar comme tant d’autres ? Comme Nargis, la jeune journaliste dans mon documentaire « Chroniques afghanes » qui m’a téléphoné il y a quelques mois pour m’informer qu’elle était revenue se réfugier au Pakistan parce que la situation pour elle et ses enfants n’était plus possible. Elle espérait refaire sa vie ailleurs. Elle tentait sa chance du côté du Canada pour venir y rejoindre sa sœur.

    Malheureusement, il semble que les peines afghanes vont se poursuivre encore trop longtemps.

    Bien à vous.
    Dominic

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *