Archives personnelles, de A à E

A comme Afghanistan

Élections présidentielles, Bamiyan, 9 octobre 2004
Élections présidentielles, Village de Shahidan (Bamiyan), 9 octobre 2004
Ateliers de formation à la vidéo, Yunnus, Kaboul, été 2004
Entraînement de l'armée afghane, Kaboul, printemps 2004

E comme Espagne

Soldats espagnols affairés au nettoyage de la marée moire, Panches, Espagne, janvier 2003
Volontaires espagnoles et étrangers sur la côte d'O'Pindo, Galice, Espagne, janvier 2003

Voici donc une première sélection d’archives personnelles, publiée dans Introduction to International Devlopment.

À suivre, de F à M.

 

«Le magicien de Kaboul» sur les ondes de Radio-Canada

Affiche du film «Le magicien de Kaboul»

Le documentaire Le magicien de Kaboul d’un ami et collègue Philippe Baylaucq sera diffusé demain jeudi sur les ondes de Radio-Canada à 20 heures. Un film auquel  j’ai participé comme directeur de la photographie à Kaboul.

*

Le magicien de Kaboul, un  film de Philippe Baylaucq

«En 2001, Haruhiro Shiratori perd son fils unique dans l’effondrement des tours du World Trade Center. Au lieu de s’enfermer dans la douleur, il choisit d’aller à la rencontre du peuple afghan et de lui venir en aide, afin que de tels attentats ne se reproduisent plus. Philippe Baylaucq a filmé – pendant plus de quatre ans et sur trois continents – la quête de ce Don Quichotte japonais qui rêve de construire un centre culturel pour les enfants de Kaboul.

Partout où on l’invite, Shiratori évoque le drame des enfants afghans. Il prêche, convainc, récolte des fonds sans relâche avec une détermination qui force l’admiration. À travers cette quête humaniste parsemée d’embûches, on découvre le voyage initiatique de ce père qui, en brisant le cycle de la violence, tente de se réconcilier avec son fils décédé.»

*


Bernard Perusse – The Gazette

« Un beau film »
Odile Tremblay – Le Devoir

« Le magicien de Kaboul est un très beau film, qui ne sombre jamais dans le sensationnalisme ou le mélodramatique. »
Sophie Bernard – Le Lien Audiovisuel

« …bouleversant… »
Martin Gignac – Ici

« Un message d’espoir qui ne laissera personne indifférent »
Cinema Montréal

Erbil : troisième jour

Erbil, 1er novembre 2010

Erbil, Irak – L’atelier prend son rythme : au deuxième jour de six, nous avons commencé à travailler avec la caméra. Deux caméras, deux équipes. L’une est restée avec moi pour regarder certains détails techniques. Les membres de l’autre équipe filment la formation en cours. Ils ne doivent pas oublier les « establishing shots » et les différentes valeurs de plans, penser à la règle des tiers, faire le foyer et l’exposition et suivre l’« action » avec le microphone monté sur la perche. Aussi, ils doivent terminer avec une courte entrevue avec le regard dans la bonne direction. Une demi-heure chaque équipe, ensuite nous avons visionné.

Demain, nous poursuivons avec une introduction au montage avec Final Cut Pro… Un défi !

*

Depuis que je mentionne ce projet de formation en Irak, j’ai toujours oublié d’écrire que c’est avec Alternatives que je fais ce travail. Un peu comme en Afghanistan en 2003 – 04.