Une nouvelle année

Marie-Pierre et Corinne, Verger St-Patrice, St-Henri,
26 décembre 2010

C’est dans le verger de mes beaux-parents à St-Henri que j’ai commencé l’année 2010 et c’est au même endroit que je l’ai terminée. Entre temps, quelques voyages et autres réalisations, mais mieux encore, le début d’une nouvelle aventure. Corinne a vu le jour en août et depuis, nous émerveille chaque jour d’avantage.

*

Je reprends la question que Marie-Pierre pose sur son blogue, au sujet de notre petite et de la photographie : « Comment photographier quelqu’un d’aussi proche de soi ? » Un défi. Un grand défi que je tente de relever. Et c’est dans la durée, dans le temps que j’espère réussir ce portrait de ma petite.

Yoakim Bélanger, artiste multi-disciplinaire

Yoakim Bélanger, Montréal, 1er mai 2009
ONF – 2009 – 9010

C’est dans son atelier d’Hochelaga-Maisonneuve que je retrouve Yoakim, nous sommes au printemps 2009. Nous venions de faire connaissance quelques semaines plus tôt lors d’une fête à la maison pour l’anniversaire de Marie-Pierre. Sa copine et la mienne se fréquentent depuis leurs études de maîtrise.

Nous avons échangé sur nos passions respectives : moi la photographie et le documentaire ; lui la création, les arts visuels, la vidéo aussi.

C’est donc lors de cette première discussion que je me suis invité, en quelque sorte, à l’atelier de Yoakim pour voir son travail, mais aussi son environnement et en tirer une série de photos, un portrait documentaire.

J’ai bien tardé à publier les images sur mon blogue, mais là je profite d’un essai vidéographique, If I can Fly, que Yoakim signe et vient de mettre en ligne. Pour connaître son œuvre et les galeries où il expose, visitez son site yoakim.ca.

Patricia Bergeron

Patricia Bergeron, Pointe-Saint-Charles, Montréal
Patricia Bergeron, Pointe-Saint-Charles, Montréal, 28 juillet 2010

Quartier de la Pointe-Saint-Charles à Montréal, il est à peine passé 10 heures, un mercredi matin. J’arrive chez Patricia, une amie de longue date.

À l’ombre sur la terrasse arrière, une petite table chargée de livres est dissimulée sous les journaux de la journée. Nous profitons, Patricia, son copain David et moi, d’un café pour discuter de cinéma et de littérature. De photographie aussi : David termine une exposition sur le Sud Soudan. Le temps passe. Je suis pourtant venu faire un portrait de Patricia à sa demande.

Mais cela fait aussi partie du processus photographique : prendre le temps d’entrer en relation avec son sujet, tisser des liens. Même dans le cadre d’un travail avec une amie.

De plus, je profite de ce moment pour regarder la lumière qui tombe sur son visage, pour chercher un décor, imaginer le portrait que je dois faire.

***

Pour suivre Patricia et son engagement auprès du cinéma et du web, visitez son blogue « La liberté tranquille ».