Archives personnelles, de N à Z

P comme Philippines

Ramasseurs d'ordures, Manilles, Philippines, 1993
Travailleur de la canne à sucre, Île de Negros, Philippines, 1993

S comme Salvador…

Atelier d'alphabétisation en zone de contrôle de la guérilla, région de Guazapa, Salvador, 1992
Processus de paix: destruction des armes par les démobilisés de la guérilla sous supervision des Nations unies, , Guazapa. Salvador, 1992
Premières élections présidentielles, législatives et municipales après la guerre civile, San Salvador, Salvador, 1994.

et Sri Lanka

Pêcheurs, Sri Lanka, 1999

 

Je poursuivrai l’exercice  avec des images non retenues pour la publication Introduction to International Development. Je complèterai les lettres manquantes telles que : B pour Brésil ; C pour Canada ; I pour Irak ; O pour Ouganda ; Y pour Yémen…

 

Côte-à-côte : El Salvador et Philippines

Salvador - Philippines, 1992-1994
Salvador - Philippines, 1992-1993

Les photographies du processus de paix au Salvador de 1992 de l’entrée précédente et un premier voyage aux Philippine en 1993 en pleine négociation de paix entre le gouvernement et les rebelles du New People’s Army – NPA – qui n’aboutiront jamais, m’avaient permis de faire un parallèle entre les deux pays lors d’une exposition au Cheval blanc de Montréal, en 1994.

Le Salvador et son long processus de paix

 

Salvador, 1992
Région de Guazapa, Salvador, 1992
Atelier d'alphabétisation, Guazapa, Salvador, 1992
Atelier d'alphabétisation, Guazapa, Salvador, 1992
Atelier d'alphabétisation, Guazapa, Salvador, 1992
Atelier d'alphabétisation, Guazapa, Salvador, 1992
Atelier d'alphabétisation, Guazapa, Salvador. 1992
Atelier d'alphabétisation, Guazapa, Salvador. 1992
Guazapa, Salvador, 1992
Identification des zones minées, Guazapa, Salvador, 1992
Identification des zones minées, Guazapa, Salvador
Identification des zones minées, Guazapa, Salvador
Guazapa. Salvador, 1992
Destruction des armes supervisée par les Nations Unies, Guazapa. Salvador, 1992

 

C’est après une trop longue guerre civile et de trop nombreuses victimes que le Front Farabundo Marti pour la libération nationale (FMLN) et le gouvernement salvadorien signent un accord de paix en 1992.

Les deux partis s’engagent alors à respecter un cessez-le-feu et certaines étapes bien définies par les accords. En plus de la création d’une Commission de la vérité, le processus de paix devait se conclure neuf mois plus tard par, entre autres, la démobilisation de la guérilla, la réduction des effectifs de l’armée, la dissolution de la très répressive Policia Nacional et la formation d’une nouvelle police, la Policia Nacional Civil qui devait être composée d’anciens policiers et guérilleros qui ne figurent pas sur la liste de criminelles de guerre.

***

Dans les zones qu’elle contrôle, la guérilla ne perd pas de temps. Plusieurs projets sont en cours dont la reconstruction de villages pour recevoir les populations civiles de retour sur ses terres, de même que des ateliers d’alphabétisation pour pallier à un manque criant. Le mouvement est actif sur plusieurs fronts.

Cela est sans compter les différentes tâches qui leur incombent, tel que la démobilisation des troupes, l’identification des zones minées et ultimement, la destruction de leurs armes, le tout sous supervision des Nations Unies.

***

C’est en octobre 1992, que le processus de paix sera complété, avec un succès inattendu. 

Conformément au calendrier électoral à dates fixes, ce ne sera qu’en 1994 que le FMLN participera à ses premières élections nationales.